«J’amène l’eau là où je veux et jamais là où elle veut aller»

Johanna, Apprentie ferblantière

Ferblantier-ère

Portrait

  • Réalisation de plans de coupe et de montage
  • Découpe de la tôle
  • Préparation du matériel pour le chantier
  • Pose des chéneaux et des tuyaux de descente
  • Raccordement des ouvrages de ferblanterie
  • Etablissement des rapports de chantier

Talents

  • Absence de vertige
  • Aptitudes à travailler en équipe
  • Attrait pour le travail du métal
  • Résistance physique

Qualités requises

  • pratique
  • acrobatique
  • créatif
  • coopératif
  • magique

Le métier

Quelles sont les tâches que mon patron me confie

Le ferblantier assure la protection durable et esthétique des bâtiments contre les intempéries. Il façonne des feuilles de tôle ou de matière synthétique pour parachever l’étanchéité des toitures et des façades ou pour recueillir les eaux de pluie (chéneaux, tuyaux de descente). Il fabrique, répare ou restaure aussi diverses pièces de ferblanterie ornementale (girouettes, coqs d’église, etc.) et installe des paratonnerres.

Ses principales activités consistent à :

Fabrication et préparation en atelier

  • Lire les plans fournis par l’architecte ou prendre des mesures sur le bâtiment à protéger.
  • Esquisser ou présenter un modèle de la pièce de ferblanterie désirée par le client, en discuter.
  • Reporter les mesures sur la tôle, tracer le dessin de développement de la pièce à fabriquer.
  • Découper la tôle avec précision à l’aide de cisailles ou d’une machine robotisée.
  • Façonner la tôle par pliage, emboutissage, martelage, pour fabriquer des chéneaux, des tuyaux, des conduits de cheminée ou de ventilation ; utiliser différentes machines, notamment la plieuse.
  • Préparer le matériel, le transporter et l’entreposer avec soin sur le chantier.

Montage sur le chantier

  • Prendre des mesures, examiner le support à protéger (toit, façade, bordure de fenêtre).
  • Poser des revêtements métalliques ou en matière synthétique sur des façades, des toits, avec ou sans isolation.
  • Assembler par soudage, brasage, rivetage, agrafage ou clouage des chéneaux, des tuyaux de descente, des plaques de tôle et les poser.
  • Installer des barres de sécurité, des garnitures autour des canaux de cheminées ou des lucarnes, des tuyaux d’échappement de fumée ou de gaz.
  • Installer des barres de sécurité, des garnitures autour des canaux de cheminées ou des lucarnes, des tuyaux d’échappement de fumée ou de gaz.
  • Monter et fixer les ouvrages de ferblanterie décorative (frontons de lucarne, pointes de clochers, flèches de tour, etc.)
  • Poser des paratonnerres
  • Etablir des métrés, remplir des rapports de chantier
  • Exécuter des travaux de réparation, de transformation et de rénovation.

La formation

Conditions d’admission

  • Scolarité obligatoire achevée
  • Test d’aptitudes recommandé, organisé par la FVMFAC

Durée de l’apprentissage

  • 3 ans

Formation pratique

  • 4 jours par semaine dans une entreprise de ferblanterie

Cours professionnels

  • 1 jour par semaine

Cours interentreprises

  • 48 jours répartis sur les 5 premiers semestres de formation

Salaire mensuel indicatif

  • 1ère année: CHF 700
  • 2ème année: CHF 900
  • 3ème année: CHF 1’100

Titre obtenu en fin de formation

  • Certificat fédéral de capacité (CFC) de ferblantier

Formations supérieures

  • Brevet fédéral
  • Diplôme fédéral
  • Formation ES/HES

Association professionnelle compétente

Fédération vaudoise des maîtres ferblantiers, appareilleurs et couvreurs
Rue du Maupas 34
1004 Lausanne

Tél: 021 647 24 25
Mail: fvmfac@sgip.ch
Site internet: www.mevauba.ch

La suite des démarches

Tu t’intéresses aux métiers de la construction et tu envisages de te lancer dans une formation ? C’est génial ! Tu te demandes sûrement comment t’y prendre et par où commencer. Tu es au bon endroit.
Différentes étapes te permettront de confirmer ton choix professionnel et de décrocher une place d’apprentissage :

1) S’informer sur l’apprentissage

La filière de formation professionnelle te permet de te former à la pratique d’un métier. Le choix est vaste, notamment dans le secteur de la construction. A la clé, le certificat fédéral de capacité (CFC), qui t’ouvrira la porte du marché de l’emploi ou de voies de perfectionnement (brevets et maîtrises fédéraux). D’ailleurs, les compétences acquises dans le cadre du perfectionnement professionnel permettent de s’assurer d’être dans la meilleure catégorie de professionnels recherchés sur le marché de l’emploi, d’après les statistiques de l’OFS.

2) Effectuer un stage

D’une durée de 2 à 5 jours, le stage se déroule sur le terrain, dans les locaux de l’entreprise. En découvrant les coulisses du métier, tu pourras confirmer ou infirmer ton intérêt pour la profession. N’hésite pas, démarche des entreprises pour trouver une place de stage ! Cette expérience sur le terrain sera un plus dans ton dossier de candidature à l’apprentissage !

3) S’inscrire à un test d’aptitudes

Conçu sur mesure par des chefs d’entreprise et des représentants de l’école obligatoire, l’examen permet de faire le point sur le niveau de tes connaissances scolaires et sur l’adéquation de ton profil avec la filière de CFC visée. Ces tests sont appréciés par les employeurs – tes futurs formateurs – car ils leur permettent de s’assurer du choix de leur candidat.

4) Préparer son dossier de candidature à l’apprentissage

Tu as trouvé le métier qui te plaît ? Il est temps de monter ton dossier de candidature. Celui-ci sera composé notamment des documents suivants :

  • CV
  • Lettre de motivation
  • Derniers bulletins de notes
  • Eventuellement les attestation(s) de stage et les résultats des tests d’aptitudes

5) Chercher une place d’apprentissage

Le site orientation.ch propose une bourse des places d’apprentissage, régulièrement mise à jour. Tu peux également consulter directement les sites web des entreprises qui t’intéressent et parler de ton projet dans ton entourage, pour activer ton réseau et celui de tes parents. N’oublie pas non plus de reprendre contact avec les entreprises dans lesquelles tu avais fait un stage qui s’était bien passé ! Toutes les solutions sont bonnes pour mettre toutes les chances de son côté.

Si tu souhaites obtenir davantage d’informations sur ces différentes étapes, tu peux consulter :

  • Le site de notre association professionnelle
  • La page « Orientation » du site de l’Etat de Vaud, qui propose une rubrique très détaillée sur la filière de formation professionnelle.