«Le matin je me hisse sur les hauteurs et le soir je contemple le résultat. »

Arnaud, Apprenti couvreur

Couvreur-euse

Portrait

  • Prise de connaissance des plans de l’architecte ou du relevé du bâtiment à couvrir
  • Planification des différentes phases du travail et évaluation des besoins
  • Pose de barrière-vapeur et d’isolation thermique
  • Travaux de sous-construction de toiture
  • Pose de matériaux de couverture (tuile, ardoise naturelle, etc.)
  • Travaux d’entretien, de réparation et de rénovation de toiture

Talents

  • Absence de vertige
  • Aptitudes à travailler en équipe
  • Habileté manuelle
  • Résistance physique

Qualités requises

  • tactique
  • prudent
  • convivial
  • précis
  • magique

Professions voisines

Le métier

Quelles sont les tâches que mon patron me confie

Le polybâtisseur spécialisé dans la couverture est compétent pour la couverture des toits inclinés avec des tuiles en terre cuite, de l’ardoise naturelle, des plaques en fibrociment ou métalliques. La manutention de différents matériaux implique un travail précis. La journée de travail sur les toits est très variée. Aucun chantier ne se ressemble comme il n’y a aucune ressemblance entre les toitures. Le pare-vapeur, l’isolation thermique, la sous- toiture et la couverture qui conférera à l’immeuble un caractère unique sont posés en équipe.

Dans la rénovation des bâtiments, le polybâtisseur spécialisé dans la couverture joue un rôle prépondérant. Il répond d’une isolation thermique optimale, veille ainsi à ce que la canicule n’envahisse pas les locaux en été et à ce que la chaleur reste à l’intérieur du bâtiment en hiver. Par l’agencement des combles, il contribue à la construction de nouveaux locaux d’habitation et, partant, à davantage de confort et de qualité de vie.

Ses principales activités consistent à :

Mise en place du chantier

  • Lire et interpréter les plans, prendre connaissance des particularités des toitures à aménager ou à couvrir.
  • Choisir et conseiller des matériaux de couverture appropriés à la forme du toit, tenir compte des aspects énergétiques et esthétiques.
  • Mesurer les dimensions, calculer les quantités nécessaires et commander.
  • Organiser le transport et l’entreposage du matériel sur le chantier, dans des bâtiments habités ou inoccupés.
  • Protéger le chantier des intempéries et planifier les différentes étapes de pose.

Pose des éléments de couverture

  • Préparer les supports de couverture des toits à pans (contre-lattage, bandes d’étanchéité, etc.), vérifier l’état de la sous-construction et choisir la méthode de recouvrement.
  • Installer des pare-vapeur et des isolations thermiques en suivant les instructions techniques du fabricant.
  • Raccorder les différentes couches, prévoir les éléments à encastrer (cheminées, lucarnes, panneaux solaires).
  • Disposer des tuiles en terre cuite ou en béton de manière régulière et esthétique, respecter les écartements selon le nombre de pans, ajuster, découper.
  • Exécuter les raccords et les terminaisons.
  • Poser des plaques en fibrociment ou en ardoise sur des surfaces plates.
  • Couvrir des bâtiments industriels avec des tôles de grand format, des plaques translucides, etc.
  • Installer les dispositifs de sécurité et de protection (pare-neige, etc.)

Réparation et entretien

  • Nettoyer et assainir des toitures ou des terrasses.
  • Colmater des fissures, remplacer des tuiles endommagées, des recouvrements arrachés.
  • Eliminer les déchets et évacuer le matériel selon les normes environnementales en vigueur.
  • Dégager des toits enneigés.
  • Entretenir les machines, les appareils et les outils.

La formation

Conditions d’admission

  • Scolarité obligatoire achevée
  • Test d’aptitudes recommandé, organisé par la FVMFAC

Durée de l’apprentissage

  • 3 ans

Formation pratique

  • 5 jours par semaine dans une entreprise de construction

Cours professionnels

  • 40 jours par année – 4 blocs de 2 semaines au CF – Polybat aux Paccots

Cours interentreprises

  • 26 jours répartis sur les 6 semestres de formation

Salaire mensuel indicatif

  • 1ère année: CHF 600
  • 2ème année: CHF 800
  • 3ème année: CHF 1’000

Titre obtenu en fin de formation

  • Certificat fédéral de capacité (CFC) de polybâtisseur couverture

Formations supplémentaires en une année

  • Polybâtisseur étanchéité
  • Polybâtisseur construction de façade
  • Polybâtisseur construction d’échafaudages
  • Polybâtisseur systèmes de protection solaires

Formations supérieures

  • Brevet fédéral
  • Diplôme fédéral
  • Formation ES/HES

Association professionnelle compétente

Fédération vaudoise des maîtres ferblantiers, appareilleurs et couvreurs
Rue du Maupas 34
1004 Lausanne

Tél: 021 647 24 25
Mail: fvmfac@sgip.ch
Site internet: www.mevauba.ch

La suite des démarches

Tu t’intéresses aux métiers de la construction et tu envisages de te lancer dans une formation ? C’est génial ! Tu te demandes sûrement comment t’y prendre et par où commencer. Tu es au bon endroit.
Différentes étapes te permettront de confirmer ton choix professionnel et de décrocher une place d’apprentissage :

1) S’informer sur l’apprentissage

La filière de formation professionnelle te permet de te former à la pratique d’un métier. Le choix est vaste, notamment dans le secteur de la construction. A la clé, le certificat fédéral de capacité (CFC), qui t’ouvrira la porte du marché de l’emploi ou de voies de perfectionnement (brevets et maîtrises fédéraux). D’ailleurs, les compétences acquises dans le cadre du perfectionnement professionnel permettent de s’assurer d’être dans la meilleure catégorie de professionnels recherchés sur le marché de l’emploi, d’après les statistiques de l’OFS.

2) Effectuer un stage

D’une durée de 2 à 5 jours, le stage se déroule sur le terrain, dans les locaux de l’entreprise. En découvrant les coulisses du métier, tu pourras confirmer ou infirmer ton intérêt pour la profession. N’hésite pas, démarche des entreprises pour trouver une place de stage ! Cette expérience sur le terrain sera un plus dans ton dossier de candidature à l’apprentissage !

3) S’inscrire à un test d’aptitudes

Conçu sur mesure par des chefs d’entreprise et des représentants de l’école obligatoire, l’examen permet de faire le point sur le niveau de tes connaissances scolaires et sur l’adéquation de ton profil avec la filière de CFC visée. Ces tests sont appréciés par les employeurs – tes futurs formateurs – car ils leur permettent de s’assurer du choix de leur candidat.

4) Préparer son dossier de candidature à l’apprentissage

Tu as trouvé le métier qui te plaît ? Il est temps de monter ton dossier de candidature. Celui-ci sera composé notamment des documents suivants :

  • CV
  • Lettre de motivation
  • Derniers bulletins de notes
  • Eventuellement les attestation(s) de stage et les résultats des tests d’aptitudes

5) Chercher une place d’apprentissage

Le site orientation.ch propose une bourse des places d’apprentissage, régulièrement mise à jour. Tu peux également consulter directement les sites web des entreprises qui t’intéressent et parler de ton projet dans ton entourage, pour activer ton réseau et celui de tes parents. N’oublie pas non plus de reprendre contact avec les entreprises dans lesquelles tu avais fait un stage qui s’était bien passé ! Toutes les solutions sont bonnes pour mettre toutes les chances de son côté.

Si tu souhaites obtenir davantage d’informations sur ces différentes étapes, tu peux consulter :

  • Le site de notre association professionnelle
  • La page « Orientation » du site de l’Etat de Vaud, qui propose une rubrique très détaillée sur la filière de formation professionnelle.