«Ce qui est génial, c’est d’arriver à maîtriser le métal»

Alain, Apprenti constructeur métallique

Constructeur-trice métallique

Portrait

  • Lecture et interprétation des plans d’atelier
  • Découpe des pièces et utilisation des machines
  • Réalisation d’assemblages par soudures
  • Pose et montage de différentes constructions en atelier ou sur un chantier

Talents

  • Esprit d’indépendance
  • Touche créative
  • Goût pour la précision
  • Sens logique et aptitudes pour les mathématiques

Qualités requises

  • polyvalent
  • appliqué
  • imaginatif
  • magique

Le métier

Quelles sont les tâches que mon patron me confie

Le constructeur métallique fabrique et monte les différentes parties métalliques d’un édifice : toitures, façades, escaliers, portes, fenêtres, balustrades, passerelles, vérandas, devantures, grillages et divers ouvrages forgés. Il travaille essentiellement l’acier, l’aluminium ainsi que des alliages tels que des aciers inoxydables, du laiton et des matières auxiliaires. Tous les profilés et les pièces (parfois de taille imposante) sont usinés sur mesure à l’atelier avant d’être transportés et montés sur le chantier.

Le constructeur métallique ne produit pas que des ouvrages neufs ; il répare et procède aussi au remplacement partiel ou total d’œuvres métalliques détériorées.

Ses principales activités consistent à :

En atelier

  • Lire le plan de l’ouvrage à exécuter.
  • Choisir les pièces métalliques conformément aux dessins et données fournis par le bureau technique (profil, section, type de métal).
  • Prendre les mesures avec précision, tracer les repères.
  • Tenir compte des tolérances requises.
  • Débiter les plaques, les tôles et les barres, fraiser, percer, cisailler, entailler, limer, meuler.
  • Utiliser des centres d’usinage assistés par ordinateur, capables de débiter et d’usiner des profilés.
  • Manier des machines portatives.
  • Assembler les différents éléments par soudage et vissage.
  • Monter les poignées, serrures et autres ferrements ; poser les joints.
  • Traiter les surfaces à la peinture antirouille.
  • Entretenir les outils et le matériel.

Sur le chantier

  • Monter les éléments de la structure, hisser les pièces de grande dimension à l’aide d’un palan ou d’une grue.
  • Ajuster et fixer par boulonnage ou par soudage.
  • Poser les portes et fenêtres, fixer les balustrades et autres éléments de façade.

La formation

Conditions d’admission

  • Scolarité obligatoire achevée
  • Test d’aptitudes recommandé, organisé par la FVE

Durée de l’apprentissage

  • 4 ans

Formation pratique

  • 4 jours par semaine dans une entreprise de construction, et plusieurs semaines de cours interentreprises à l’école de la construction

Cours professionnels

  • 1 jour par semaine

Cours interentreprises

  • 40 jours répartis sur les 7 premiers semestres de formation

Salaire mensuel indicatif

  • 1ère année: CHF 720
  • 2ème année: CHF 1’080
  • 3ème année: CHF 1’440
  • 4ème année: CHF 1’800

Titre obtenu en fin de formation

  • Certificat fédéral de capacité (CFC) de constructeur métallique

Orientations possibles

  • Charpente métallique
  • Construction métallique
  • Travaux de forge

Formations supérieures

  • Brevet fédéral
  • Diplôme fédéral

AFP d’aide-constructeur métallique: Formation sur 2 ans (attestation fédérale de formation professionnelle)

Association professionnelle compétente

Fédération vaudoise des entrepreneurs
Route Ignace Paderewski 2
1131 Tolochenaz

Tél: 021 632 12 20
Mail: formation@fve.ch
Site internet: www.fve.ch

La suite des démarches

Tu t’intéresses aux métiers de la construction et tu envisages de te lancer dans une formation ? C’est génial ! Tu te demandes sûrement comment t’y prendre et par où commencer. Tu es au bon endroit.
Différentes étapes te permettront de confirmer ton choix professionnel et de décrocher une place d’apprentissage :

1) S’informer sur l’apprentissage

La filière de formation professionnelle te permet de te former à la pratique d’un métier. Le choix est vaste, notamment dans le secteur de la construction. A la clé, le certificat fédéral de capacité (CFC), qui t’ouvrira la porte du marché de l’emploi ou de voies de perfectionnement (brevets et maîtrises fédéraux). D’ailleurs, les compétences acquises dans le cadre du perfectionnement professionnel permettent de s’assurer d’être dans la meilleure catégorie de professionnels recherchés sur le marché de l’emploi, d’après les statistiques de l’OFS.

2) Effectuer un stage

D’une durée de 2 à 5 jours, le stage se déroule sur le terrain, dans les locaux de l’entreprise. En découvrant les coulisses du métier, tu pourras confirmer ou infirmer ton intérêt pour la profession. N’hésite pas, démarche des entreprises pour trouver une place de stage ! Cette expérience sur le terrain sera un plus dans ton dossier de candidature à l’apprentissage !

3) S’inscrire à un test d’aptitudes

Conçu sur mesure par des chefs d’entreprise et des représentants de l’école obligatoire, l’examen permet de faire le point sur le niveau de tes connaissances scolaires et sur l’adéquation de ton profil avec la filière de CFC visée. Ces tests sont appréciés par les employeurs – tes futurs formateurs – car ils leur permettent de s’assurer du choix de leur candidat.

4) Préparer son dossier de candidature à l’apprentissage

Tu as trouvé le métier qui te plaît ? Il est temps de monter ton dossier de candidature. Celui-ci sera composé notamment des documents suivants :

  • CV
  • Lettre de motivation
  • Derniers bulletins de notes
  • Eventuellement les attestation(s) de stage et les résultats des tests d’aptitudes

5) Chercher une place d’apprentissage

Le site orientation.ch propose une bourse des places d’apprentissage, régulièrement mise à jour. Tu peux également consulter directement les sites web des entreprises qui t’intéressent et parler de ton projet dans ton entourage, pour activer ton réseau et celui de tes parents. N’oublie pas non plus de reprendre contact avec les entreprises dans lesquelles tu avais fait un stage qui s’était bien passé ! Toutes les solutions sont bonnes pour mettre toutes les chances de son côté.

Si tu souhaites obtenir davantage d’informations sur ces différentes étapes, tu peux consulter :

  • Le site de notre association professionnelle
  • La page « Orientation » du site de l’Etat de Vaud, qui propose une rubrique très détaillée sur la filière de formation professionnelle.